top of page

Améliorer ses performances sportives

Pour améliorer ses performances sportives, ou atteindre un objectif sportif, on doit chercher à améliorer tous les détails pour progresser physiquement, techniquement et mentalement.

Le sport de haut niveau est une recherche continuelle de performance et de perfectionnement
Améliorer ses performances sportives

Pour quelles raisons améliorer ses performances ?


Il existe de multiples raisons, objectives ou subjectives, de chercher à améliorer ses performances sportives, notamment :

  • augmenter sa compétitivité pour faire face à la concurrence

  • répondre au rythme élevé d'une saison

  • atteindre de nouveaux objectifs

  • démontrer son potentiel à son coach/entraîneur

  • chercher à se dépasser sportivement


Quels leviers pour améliorer ses performances ?


L'aspect physique


C'est sans doute le levier le plus évident, le plus travaillé.

On va notamment ajuster sa charge de travail, pour être plus à l'aise en compétition.

On va affiner son hydratation et son alimentation pour faciliter la récupération et être mieux dans son corps.

On va aussi peaufiner la qualité de son sommeil.

Bien sûr, préventivement, on va prendre soin de soi avec son ostéo et/ou son kiné, etc.


L'aspect technique


Tous les sports requièrent un niveau technique poussé.

Au-delà des dispositions naturelles, la technique se travaille souvent dès l'enfance, par la répétition, et se poursuit durant toute sa carrière.


Pour la peaufiner, on va s'entourer des meilleurs techniciens pour profiter des exercices les plus pertinents.

La compétence des staffs techniques a atteint aujourd'hui un niveau impressionnant. L'intégration de spécialistes de tel ou tel domaine contribue grandement à augmenter le niveau de performance.


On va chercher aussi le meilleur matériel possible, parce que la progression se trouve dans les détails.


L'aspect mental


Il est devenu progressivement une évidence, même s'il est encore parfois intégré à la préparation sportive avec méfiance.

Souvent les structures laissent aux athlètes seuls l'initiative d'être accompagnés ou pas.

Il faut bien admettre que l'offre est large et un peu nébuleuse pour les responsables sportifs.


L'aspect mental est indispensable et il ne se résume pas à "chercher la faille". Pas plus qu'à "motiver" un athlète par d’éloquents discours.


Au même titre que l'aspect physique ou technique, il est question d'optimiser ses capacités, pour exprimer tout son potentiel.


On l'a dit, les techniques utilisées sont nombreuses :

  • respiration

  • relaxation

  • visualisation

  • méditation

  • routines avant compétition

Mais il est souvent pertinent d'opter pour des techniques plus larges encore, capables de travailler sur les capacités cérébrales inconscientes qui "pilotent la machine en coulisses".


En englobant bien-être physique, mental et émotionnel, ces outils permettent naturellement de desserrer tous les freins à la performance, y-compris ceux que le "mental" ne soupçonnait pas.

Et comment éviter les blessures ?


Voilà bien une question récurrente dans le sport de haut niveau. C’est très clairement la crainte majeure de l’athlète et du staff.


Si on évoque souvent la fatalité pour expliquer une blessure, ou le rythme d’entraînement ou de compétition, les causes sont parfois plus subtiles.


Hydratation et nutrition : les fondamentaux


C’est une évidence, pendant l’effort le corps régule sa température par la transpiration, qui entraîne une perte hydrique et minérale potentiellement importante.

La sensation de soif est un indicateur insuffisant car elle intervient alors que, physiologiquement, la déshydratation est déjà installée depuis plusieurs heures.

S’hydrater régulièrement avant, pendant et après l’effort réduit donc les risques tendineux et musculaires.


L’alimentation doit également être adaptée à l’intensité de l’activité physique.

Si elle est insuffisante ou incohérente, l’organisme va puiser l’énergie en priorité au niveau musculaire, et devenir plus sensible au risque de blessure.

Etre à l’écoute de son corps et de ses ressentis


La blessure intervient lorsque l’organisme n’est pas en condition optimale.

Qualité du sommeil, phases de repos, progressivité dans l’effort, sont également des facteurs clefs connus de tous.

Il est essentiel de prendre soin d’écouter ses ressentis et de respecter son corps pour performer.

Bien dans sa tête, bien dans son corps


L'être humain est une « machine » de haute précision et d’une grande complexité.

Lorsque le mental n’est pas en équilibre, l’inconscient envoie des signaux d’alarme via le corps, qu’il faut savoir écouter et traduire.


Dit autrement, la blessure n’est souvent pas qu’un accident malheureux mais trouve sa cause racine au niveau de notre cerveau, plus précisément de son inconscient, sa face immergée.


Par exemple, le stress est un mécanisme naturel de protection et de préparation à l’action. Le niveau de risque de la situation extérieure qui le déclenche est typiquement affaire de perception inconsciente.


Lorsqu’il est bien géré, le stress est un véritable moteur de performance, mais si ce n’est pas le cas, il se transforme en redoutable frein.

En augmentant la tension musculaire et en réduisant le champ de vision (au propre comme au figuré), il va entraîner un manque de fluidité et de coordination, une crispation qui peut conduire à la blessure.


Plus finement encore, lorsqu’il ressent une difficulté ou lorsqu’il n’est pas en phase avec le mental conscient, l’inconscient va envoyer, via le corps, des messages sous forme de "symptômes", qu’il faut décrypter.


Une déchirure musculaire, par exemple, peut intervenir lorsqu’on est frustré par un objectif qu’on n’arrive pas à atteindre (ou pas assez vite) malgré les efforts qu’on déploie. Et cet objectif peut être absolument sans rapport avec son sport.


Une entorse ligamentaire peut se manifester lorsqu’on se sent bloqué, contraint par une situation ou une autorité qui nous empêche d’avancer ou d’atteindre un but, sans savoir comment faire pour s’en libérer.


Une blessure à la cheville peut être liée symboliquement à notre flexibilité face au changement. Il peut être intéressant alors de se demander si on ne s’autorise pas actuellement quelque chose, ou si quelque chose nous empêche d’avancer dans la direction voulue.


Les exemples sont très nombreux et leur analyse souvent passionnante !


Pour conclure


Pour améliorer ses performances sportives, au-delà des fondamentaux nutritionnels et des précautions habituelles pour préparer son corps à l'effort, il est indispensable de travailler sur les aspects "mentaux" et émotionnels pour limiter au maximum blessures et douleurs.


Et pour se préparer efficacement, il est nécessaire d’opter pour des techniques qui ne s’attarderont pas uniquement sur le mental conscient, celui de la parole, de la pensée et de la réflexion.


Considérant que l’inconscient représente environ 95% de nos capacités cérébrales (versus 5% seulement pour le « mental ») et en ayant vu, donc, le lien étroit entre corps et inconscient, il est indispensable de pouvoir travailler directement sur nos programmes inconscients.


En les identifiant et en les corrigeant, on atteint un niveau d’équilibre mental, émotionnel et physique propice à la performance.


Si ce sujet vous intéresse, si vous souhaitez en savoir plus sur ces méthodes pour renforcer votre équilibre, contactez-moi, je serai ravi d’échanger avec vous !


bottom of page